Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Hafsia Herzi



Talentueuse, sensuelle et généreuse, Hafsia Herzi, la belle et douce rebelle, nous révèle les secrets de sa chevelure de naïade.


© Niviere/Lydie/SIPA
© Niviere/Lydie/SIPA

De qui tenez-vous vos cheveux sublimes ?

Ma mère a eu les cheveux très longs dans sa jeunesse mais plutôt bouclés tandis que les miens sont naturellement ondulés, donc je dirais que leur « texture» vient plus du côté de mon père !

Quel rapport entretenez-vous avec vos cheveux ?

Depuis toute petite, les cheveux ont toujours été très importants. J’y fais très attention : j’évite de faire des couleurs, même si j’en ai fait plus jeune, j’évite de faire trop de brushings parce que ça abîme les cheveux, je réserve cela aux grandes occasions… 

Avez-vous une recette particulière pour entretenir votre chevelure ?

Quand je ne travaille pas, j’aime bien laisser poser de l’huile d’olive dessus toute la matinée ou tout l’après-midi avant de les laver. J’essaie aussi de changer de shampooing tous les trois mois. En ce moment, j’utilise un shampooing, un masque et des ampoules [1, Phyto] de la marque Cynos que ma soeur m’a commandés et qui viennent des États-Unis. Je fais ce soin complet une fois par semaine et comme j’ai les cheveux longs ça me prend trois quarts d’heure ! 

Quels sont vos produits capillaires fétiches ?

À part Cynos, que je viens de découvrir et que j’aime beaucoup, il y a Pantene [2], Elsève [3] et Le Petit Marseillais [4]. Je choisis généralement des soins destinés aux cheveux secs.

Quels accessoires utilisez-vous ?

Tous les soirs, avant de me coucher, je me brosse les cheveux avec la brosse démêlante à poils de sanglier de chez Sephora [5] et je fais parfois une tresse. Le jour, comme je n’arrive pas à coiffer mes cheveux, je les attache simplement avec une grosse pince [6, Biguine].

La dernière fois que vous êtes allée chez le coiffeur ?

Cela devait être pour l’avant-première de Ma compagne de nuit. Mais juste pour un brushing ! J’ai un peu peur des coiffeurs que je ne connais pas ! 

Avez-vous une adresse préférée à Paris ou à Marseille ?

Pas spécialement. J’aime bien les coiffeurs de quartier. Mais pour des brushings, pas pour couper ! 

Quel est votre pire souvenir capillaire ?

Il y a une dizaine d’années, j’ai fait des mèches blondes... c’était affreux ! Le coiffeur m’avait bien dit de ne pas les faire sur mes cheveux noirs, mais j’ai insisté parce que je voulais faire comme tout le monde !


Hafsia Herzi est à l’affiche de Ma compagne de nuit, d’Isabelle Brocard, sorti en salles le 23 mars. Elle tourne actuellement pour le téléfilm de Caroline Huppert, Pour Djamila (France 3/Arte), où elle joue la militante du FLN. Elle sera à l’affiche de La Source des femmes, de Radu Mihaileanu (novembre 2011).
 

Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Vendredi 1 Avril 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.