Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Fadila Belkebla



Naturellement belle, c’est sans artifices et en toute sincérité que la comédienne Fadila Belkebla nous dévoile les secrets de son bien-être. Rencontre zen, loin du bling-bling du star system, avec un bout de femme aussi belle de l’extérieur que de l’intérieur !


© Fréderic Zaïd
© Fréderic Zaïd

Comment faites-vous pour afficher une superbe mine malgré vos journées marathon ?

Comme beaucoup de mamans, concilier vie de famille et travail, c’est parfois rock’n roll. Je dois aller à l’essentiel en ciblant des produits dont j’ai réellement besoin et qui me font du bien. Je les choisis hypoallergéniques comme le savon-pain dermatologique de Rogé Cavaillès [1] et la crème visage de La Roche-Posay [2]. Même mon déodorant est doux, à la pierre d’Alun [3].

C’est important de choisir des produits neutres et naturels ?

Oui, je tiens cette exigence de ma mère qui l’a héritée de sa propre mère. Elle a toujours eu recours à des produits sains, que ce soit dans la cuisine ou les cosmétiques. Les massages du visage, du corps, les masques capillaires… passent exclusivement par les huiles essentielles de lavande [4], de cyprès, d’avocat, d’olive, d’argan... C’est simple, naturel et efficace. 

Vous parlez de détente, cela passe aussi par le sport ? 

À condition que le sport ne soit pas une souffrance ! Je suis très à l’écoute de mon corps et de son rythme. Ainsi, je privilégie la barre au sol pour m’assouplir, tout en me décontractant. Je marche beaucoup aussi à Paris ou dans les Hautes-Alpes, où je fais de belles balades cueillettes en famille.

Côté maquillage, vous appliquez la même exigence du « naturellement belle » ?

J’admets que ma trousse à maquillage n’est pas très épaisse, mais cela ne m’empêche pas d’avoir des gestes des pros qui me bichonnent lors des séances
photo et des tournages. Au quotidien, je me maquille peu : un baume à lèvres rosé de chez Biolèvres, un mascara et une crème teintée comme le Teint Resist
d’Yves Saint Laurent [5], voilà tout !

Et pour vos cheveux, quel est votre rituel ? 

J’ai la chance d’avoir les cheveux frisés, je peux changer de tête au gré des humeurs. Si certaines femmes ne sont pas à l’aise avec leurs bouclettes, ce n’est pas mon cas, je sais en tirer parti : je peux les raidir en un coup de brushing ou les garder au naturel en apportant un maximum de soin pour qu’ils soient souples et soyeux avec, notamment, le masque au karité de René Furterer [6], mon préféré.

Qu’est-ce qu’une femme belle pour vous ?

Les femmes font de leur mieux pour se sentir bien et belles, en fonction de leur propre nature, de leur moyen et du temps qu’elles ont. J’aime la féminité en général, que les femmes soient rockeuses, sophistiquées, glamours, natures, sexy, romantiques, pulpeuses… Elles sont toutes belles !


Fadila Belkebla est à l’affiche d’un thriller social, Dans la tourmente, de Christophe Ruggia, aux côtés de Mathilde Seignier et de Clovis Cornillac, en salles le 11 janvier 2012. On la retrouve également dans la comédie déjantée Les Tuche, d’Olivier Baroux, actuellement disponible en DVD. 
 

Par Karima Peyronie le Vendredi 2 Décembre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.