Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Fadila Belkebla



Naturellement belle, c’est sans artifices et en toute sincérité que la comédienne Fadila Belkebla nous dévoile les secrets de son bien-être. Rencontre zen, loin du bling-bling du star system, avec un bout de femme aussi belle de l’extérieur que de l’intérieur !


© Fréderic Zaïd
© Fréderic Zaïd

Comment faites-vous pour afficher une superbe mine malgré vos journées marathon ?

Comme beaucoup de mamans, concilier vie de famille et travail, c’est parfois rock’n roll. Je dois aller à l’essentiel en ciblant des produits dont j’ai réellement besoin et qui me font du bien. Je les choisis hypoallergéniques comme le savon-pain dermatologique de Rogé Cavaillès [1] et la crème visage de La Roche-Posay [2]. Même mon déodorant est doux, à la pierre d’Alun [3].

C’est important de choisir des produits neutres et naturels ?

Oui, je tiens cette exigence de ma mère qui l’a héritée de sa propre mère. Elle a toujours eu recours à des produits sains, que ce soit dans la cuisine ou les cosmétiques. Les massages du visage, du corps, les masques capillaires… passent exclusivement par les huiles essentielles de lavande [4], de cyprès, d’avocat, d’olive, d’argan... C’est simple, naturel et efficace. 

Vous parlez de détente, cela passe aussi par le sport ? 

À condition que le sport ne soit pas une souffrance ! Je suis très à l’écoute de mon corps et de son rythme. Ainsi, je privilégie la barre au sol pour m’assouplir, tout en me décontractant. Je marche beaucoup aussi à Paris ou dans les Hautes-Alpes, où je fais de belles balades cueillettes en famille.

Côté maquillage, vous appliquez la même exigence du « naturellement belle » ?

J’admets que ma trousse à maquillage n’est pas très épaisse, mais cela ne m’empêche pas d’avoir des gestes des pros qui me bichonnent lors des séances
photo et des tournages. Au quotidien, je me maquille peu : un baume à lèvres rosé de chez Biolèvres, un mascara et une crème teintée comme le Teint Resist
d’Yves Saint Laurent [5], voilà tout !

Et pour vos cheveux, quel est votre rituel ? 

J’ai la chance d’avoir les cheveux frisés, je peux changer de tête au gré des humeurs. Si certaines femmes ne sont pas à l’aise avec leurs bouclettes, ce n’est pas mon cas, je sais en tirer parti : je peux les raidir en un coup de brushing ou les garder au naturel en apportant un maximum de soin pour qu’ils soient souples et soyeux avec, notamment, le masque au karité de René Furterer [6], mon préféré.

Qu’est-ce qu’une femme belle pour vous ?

Les femmes font de leur mieux pour se sentir bien et belles, en fonction de leur propre nature, de leur moyen et du temps qu’elles ont. J’aime la féminité en général, que les femmes soient rockeuses, sophistiquées, glamours, natures, sexy, romantiques, pulpeuses… Elles sont toutes belles !


Fadila Belkebla est à l’affiche d’un thriller social, Dans la tourmente, de Christophe Ruggia, aux côtés de Mathilde Seignier et de Clovis Cornillac, en salles le 11 janvier 2012. On la retrouve également dans la comédie déjantée Les Tuche, d’Olivier Baroux, actuellement disponible en DVD. 
 

Par Karima Peyronie le Vendredi 2 Décembre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.