Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Chimène Badi « Je ne suis pas parfaite mais j’ai du cœur »



Elle a le charme de la Méditerranée et le caractère volontaire des belles dames. Chimène Badi nous revient plus forte et sereine que jamais avec son nouvel album « Au-delà des maux ».


Confidences de Chimène Badi « Je ne suis pas parfaite mais j’ai du cœur »

AU SAUT DU LIT, QUEL EST VOTRE PREMIER GESTE DE BEAUTÉ ?

Je bois un verre d’eau fraîche, puis je file sous la douche pour un gommage à grains [1] ou au gant de crin. Je suis adepte des huiles de douche [2] qui laissent la peau toute douce au sortir de la douche.

CÔTÉ VISAGE, COMMENT PRENEZ-VOUS SOIN DE VOTRE PEAU ?

Quand j’ai commencé ce métier, j’avais 18 ans et on me maquillait beaucoup. Comme j’avais la peau très fragile, elle a étouff é et j’ai eu des problèmes d’imperfections. Malgré les traitements et les produits, mon seul sauveur a été mon dermatologue qui me nettoie la peau en profondeur et me débarrasse des micro kystes douloureux, notamment avec de la neige carbonique. Je complète ce rituel en me faisant des gommages doux et j’utilise l’eau thermale d’Avène [3] pour apaiser et  puri fier.

VOUS PARLEZ SANS TABOU DE VOS COMPLEXES PHYSIQUES, NOTAMMENT DANS VOTRE DERNIER ALBUM, C’EST AUSSI CE QUI VOUS REND SI PROCHE DE VOTRE PUBLIC ?

En eff et, il y a cette chanson,« Ça ne regarde que moi », dans laquelle je parle de mes anciens troubles alimentaires. Je voulais dire aux critiques : « Ça ne regarde que moi et, à partir de maintenant, ce sera un sujet sur lequel on n’interviendra plus. Si vous avez besoin de comprendre, écoutez cette chanson ! » Que savent ils d’une jeune fi lle qui quitte sa campagne, ses amis, sa famille pour se retrouver sous les projecteurs ? Et qui prend 30 kilos en deux mois ? On fait un métier où l’on est tout le temps sous contrôle, cela peut vite ressembler à un cauchemar. Quand on s’acharne sur toi à 18 ans, cela reste en toi, même si tu te bats et que tu changes. J’espère que cette chanson réchau ffera le cœur de celles qui ne se sentent pas bien dans leur peau.

QUEL EST VOTRE RAPPORT À LA FÉMINITÉ À TRAVERS LE MAQUILLAGE ?

Je me maquille très peu, je préfère le naturel, même si je ne refuse pas un beau maquillage charbonneux pour les soirs d’enregistrement. J’ai même appris quelques astuces de maquillage à force de fréquenter des professionnels. Par exemple, je suis une adepte de la palette nude d’Urban Decay [4] et j’utilise des poudres libres pour fi xer mon maquillage. J’aime le rouge exclusivement sur les lèvres ou en vernis.

DANS VOTRE DERNIER CLIP, VOUS ÊTES BLONDE : VOUS AIMEZ JOUER LES CAMÉLÉONS CAPILLAIRES ?

Avec mon coi ffeur José, je peux me permettre ces folies car il traite mes cheveux avec des lissages à la kératine. Je fais d’ailleurs attention d’utiliser des produits spécif iques sans sulfate [5] : depuis, mes cheveux sont beaux et brillants et je peux les boucler ou les lisser. Il y a aussi le bain d’huile [6] avant shampoing, un secret de beauté de ma mère et de ma grand-mère algériennes que j’aime reproduire.

COMPLÉTEZ CETTE PHRASE : « LA BEAUTÉ, C’EST… »

De la générosité avant tout. Il faut être beau de l’intérieur pour que cela se voie à l’extérieur. La beauté, ce n’est pas une question de traits ni de féminité. Moi, je ne suis pas parfaite, certes, mais j’ai du cœur. Je me trouve belle, même s’il y a des jours avec et d’autres jours sans, mais je me sens bien dans ma peau, grâce à Dieu.

Karima Peyronie le Jeudi 1 Octobre 2015


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.