Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Chimène Badi « Je ne suis pas parfaite mais j’ai du cœur »



Elle a le charme de la Méditerranée et le caractère volontaire des belles dames. Chimène Badi nous revient plus forte et sereine que jamais avec son nouvel album « Au-delà des maux ».


Confidences de Chimène Badi « Je ne suis pas parfaite mais j’ai du cœur »

AU SAUT DU LIT, QUEL EST VOTRE PREMIER GESTE DE BEAUTÉ ?

Je bois un verre d’eau fraîche, puis je file sous la douche pour un gommage à grains [1] ou au gant de crin. Je suis adepte des huiles de douche [2] qui laissent la peau toute douce au sortir de la douche.

CÔTÉ VISAGE, COMMENT PRENEZ-VOUS SOIN DE VOTRE PEAU ?

Quand j’ai commencé ce métier, j’avais 18 ans et on me maquillait beaucoup. Comme j’avais la peau très fragile, elle a étouff é et j’ai eu des problèmes d’imperfections. Malgré les traitements et les produits, mon seul sauveur a été mon dermatologue qui me nettoie la peau en profondeur et me débarrasse des micro kystes douloureux, notamment avec de la neige carbonique. Je complète ce rituel en me faisant des gommages doux et j’utilise l’eau thermale d’Avène [3] pour apaiser et  puri fier.

VOUS PARLEZ SANS TABOU DE VOS COMPLEXES PHYSIQUES, NOTAMMENT DANS VOTRE DERNIER ALBUM, C’EST AUSSI CE QUI VOUS REND SI PROCHE DE VOTRE PUBLIC ?

En eff et, il y a cette chanson,« Ça ne regarde que moi », dans laquelle je parle de mes anciens troubles alimentaires. Je voulais dire aux critiques : « Ça ne regarde que moi et, à partir de maintenant, ce sera un sujet sur lequel on n’interviendra plus. Si vous avez besoin de comprendre, écoutez cette chanson ! » Que savent ils d’une jeune fi lle qui quitte sa campagne, ses amis, sa famille pour se retrouver sous les projecteurs ? Et qui prend 30 kilos en deux mois ? On fait un métier où l’on est tout le temps sous contrôle, cela peut vite ressembler à un cauchemar. Quand on s’acharne sur toi à 18 ans, cela reste en toi, même si tu te bats et que tu changes. J’espère que cette chanson réchau ffera le cœur de celles qui ne se sentent pas bien dans leur peau.

QUEL EST VOTRE RAPPORT À LA FÉMINITÉ À TRAVERS LE MAQUILLAGE ?

Je me maquille très peu, je préfère le naturel, même si je ne refuse pas un beau maquillage charbonneux pour les soirs d’enregistrement. J’ai même appris quelques astuces de maquillage à force de fréquenter des professionnels. Par exemple, je suis une adepte de la palette nude d’Urban Decay [4] et j’utilise des poudres libres pour fi xer mon maquillage. J’aime le rouge exclusivement sur les lèvres ou en vernis.

DANS VOTRE DERNIER CLIP, VOUS ÊTES BLONDE : VOUS AIMEZ JOUER LES CAMÉLÉONS CAPILLAIRES ?

Avec mon coi ffeur José, je peux me permettre ces folies car il traite mes cheveux avec des lissages à la kératine. Je fais d’ailleurs attention d’utiliser des produits spécif iques sans sulfate [5] : depuis, mes cheveux sont beaux et brillants et je peux les boucler ou les lisser. Il y a aussi le bain d’huile [6] avant shampoing, un secret de beauté de ma mère et de ma grand-mère algériennes que j’aime reproduire.

COMPLÉTEZ CETTE PHRASE : « LA BEAUTÉ, C’EST… »

De la générosité avant tout. Il faut être beau de l’intérieur pour que cela se voie à l’extérieur. La beauté, ce n’est pas une question de traits ni de féminité. Moi, je ne suis pas parfaite, certes, mais j’ai du cœur. Je me trouve belle, même s’il y a des jours avec et d’autres jours sans, mais je me sens bien dans ma peau, grâce à Dieu.

Karima Peyronie le Jeudi 1 Octobre 2015


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.