Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences de Amelle Chahbi



En plus de jouer à la perfection la Parisienne amoureuse indépendante et hyper jalouse, la brindille montée sur pile électrique qu’est Amelle Chahbi est une véritable experte beauté et un banc d’essai en cosmétiques à elle toute seule !


© Comédie
© Comédie

La beauté de tes cheveux, tu t’en occupes à la maison ou au salon ?

J’ai envie de te dire que c’est mon deuxième métier, un travail à temps plein de m’occuper de mes cheveux : je suis obligée de poser des RTT pour ça ! Je suis le genre de fille qui teste tous les trucs nouveaux pour ses cheveux ! Je faisais beaucoup de brushings avant, mais j’ai arrêté. Quand je veux lisser mes cheveux, ce qui est rare maintenant, je vais chez le coiffeur et je garde mon brushing quatre jours. Mais même au naturel, je suis obligée de mettre plein de produits dessus pour bien définir mes boucles, sinon c’est tout mousseux.

Quels sont tes produits fétiches ?

L’huile essentielle de romarin pour le cuir chevelu [1, So’Bio étic] et l’huile de palme de Leonor Greyl [2] sur les pointes le soir avant de les laver. Pour avoir des boucles sublimes, Potion 9 de Sebastian [3].

Et pour ta peau ?

Je fais le masque hydratant Hydoptimale® de Sothys [4], que j’adore, deux fois par semaine, et je me démaquille tous les soirs avec la lotion micellaire Créaline de Bioderma. En crème de jour, je mets le soin protecteur hydratant pour peau fragilisée de Dermagor [5]. Et comme je n’ai plus 18 ans, le soir je mets l’émulsion antirides Ysthéal+ d’Avène [6].

Quand je suis un peu stressée, je mets le fluide bio Nuit Câline des Douces Angevines [7] qui sent très bon et apaise. Et qu’il fasse beau ou pas, je m’enduis tout le corps d’Huile Prodigieuse® Or de Nuxe [8] : les paillettes très discrètes donnent un effet bonne mine super joli. 

Inutile de te demander si ta silhouette filiforme est héréditaire…

Mais c’est vrai en plus ! J’ai de la chance, dans ma famille tout le monde est mince ! Mais il n’y a rien de plus moche qu’une mince avec de la cellulite molle. Donc je vais au centre de danse du Marais, où on trouve tous les styles de danse possibles. Je vais au cours de Mia Frye, qui est hyper dur et rigoureux, parce que j’adore quand il y a beaucoup de discipline. Le dimanche, j’ai cours de barre au sol classique pour allonger les muscles. C’est très important d’être en forme et d’avoir du souffle quand tu fais de la scène tous les soirs. 

Dans ton spectacle, c’est McDo et Converse… et dans la vie ?

Je fais attention à mon alimentation, même si je vais au McDo de temps en temps. Et je trouve hyper sexy les hauts talons. En journée, je cours à droite à gauche en ballerines mais, quand je sors avec mon mec et que je veux être jolie, mes talons préférés sont les Tribute d’Yves Saint Laurent. Ils sont super hauts mais il y a un patin devant et c’est hyper confortable. D’accord, ils coûtent cher, mais je dis toujours à mes copines que je préfère avoir une seule paire de qualité plutôt qu’une dizaine à 39,90 €. 


Retrouvez Amelle Chahbi dans Amour sur place ou à emporter jusqu’à fin juin, au Théâtre du Temple, un spectacle hilarant avec Noom et mis en scène par Fabrice Éboué, et tous les lundis soir sur Comédie!, dans l’émission « Ce soir avec Arthur ». 


Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Mercredi 1 Juin 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.