Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences d’Oum



Entre deux scènes et en pleine promo de son deuxième album, la chanteuse Oum s’octroie une pause pour papoter de tout : beauté, mode, maternité…Une discussion très zen !


© D.R.
© D.R.

Votre musique est un savant mélange de jazz, pop, oriental, variété… On retrouve cet éclectisme dans votre look également !

Au Maroc, nous avons la chance de baigner dans une culture plurielle entre l’Andalousie, le Rif, le désert et l’Afrique. Je porte cet héritage à travers ma musique, mais aussi mes vêtements : je suis sensible aux couleurs, aux textures, à la lumière comme au détour d’une ballade à Marrakech. Je suis plutôt jupes longues et bustiers, sans oublier d’habiller ma tête de turbans [1], de bijoux de tête ou de chapeaux customisés. 

Quelle est votre « fashionfixette » par excellence ?

Je suis fan inconditionnelle d’Alexander McQueen pour le caractère qui émane de son style. La faculté à pouvoir sortir de l’ordinaire avec classe. Mon autre péché mignon, ce sont les bijoux [2]. Je les aime ethniques, berbères, qu’ils aient une âme. 

De la tradition marocaine, en retenez-vous des rituels de beauté ?

J’utilise de l’huile d’argan [3] en alternance avec l’huile d’olive pour mes cheveux. Au hammam, j’aime me faire des masques au henné sur le corps et le visage, que j’agrémente, selon la recette de ma mère, d’eau de rose [4], de pétale de rose et d’une pierre « rouge de Fès », pour hydrater et donner un léger hâle à la peau.

Vous êtes de tous les festivals à travers le monde, quelle est votre astuce « anti-jet-lag » ? 

D’abord, un bain très chaud avec des huiles essentielles de fleur d’oranger ou d’oud et une bougie aromatique [5]. Puis, au sortir du bain, je me passe un glaçon sur le visage. Rien de tel pour me recentrer et me requinquer à la fois !

Et que trouve-t-on dans votre vanity-case ? 

Très peu de choses, car je ne me maquille pratiquement pas : un khôl, le parfum « Un jardin sur le toit » d’Hermès, l’huile prodigieuse de Nuxe [6] et un baume de chez Clarins.

Comment conciliez-vous votre carrière de chanteuse et votre rôle de maman d’un petit garçon de 3 ans ?

Je gère les choses assez naturellement : mon fils voyage avec moi, assiste aux répétitions. Si je dois m’absenter, j’essaye de ne pas trop culpabiliser, en me disant que l’essentiel est l’amour que je lui porte. Une fois, il était au premier rang d’un de mes concerts, je le voyais subjugué par le spectacle : un souvenir magnifique ! 

Quel est votre secret pour avoir retrouvé votre silhouette ? 

Chez nous, quand on accouche, on doit plaquer la paire de babouches du mari autour du ventre pendant quelques jours pour perdre le bidon ! Mis à part cette technique, j’ai tout essayé avec plus ou moins de succès : les régimes, les séances d’abdos, le yoga… Mais ce qui marche le mieux, c’est de s’aimer et de se
sentir aimée avant tout !


Le 4 février, Oum sort son deuxième album Sweerty, aux variations jazzy-orientales. Retrouvez la belle dans l’émission « Acoustic », sur TV5Monde courant février. Les dates de ses scènes sur www.oum.ma


Par Karima Peyronie le Jeudi 2 Février 2012


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.