Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences d’Antoinette NANA DJIMOU



Avant de s’envoler pour les Championnats du monde d’athlétisme de Daegu, où elle a représenté la France en heptathlon, Antoinette Nana Djimou nous a confié comment conjuguer sport et beauté.


Rafah pour Activilong
Rafah pour Activilong

Comment êtes-vous devenue égérie de la marque Activilong ?

Cela faisait pas mal d’années que j’utilisais les produits de leur gamme Acti-Repair [1] comme le shampooing, l’après-shampooing, la crème de soin ou le défrisant, alors c’est moi qui les ai sollicités. Je change tout le temps de tête : je n’ai jamais la même plus de deux semaines ! Changer de coupe, c’est changer de style. Je ne change pas la couleur, mais je peux avoir un tissage, les cheveux coupés très courts ou rasés… tout dépend. 

Quels sont vos gestes beauté avant ou après l’entraînement ou une compétition ? 

Je ne fais pas grand-chose quand je vais à l’entraînement, je ne me maquille pas, j’y vais naturelle. En compétition, j’aime me faire un peu belle… mais pas trop non plus ! Je mets toujours du vernis à ongles, parce que c’est très important ! Souvent assorti à ma tenue, c’est-à-dire rouge quand ma brassière est rouge ou même bleu-blanc-rouge quand je suis en tenue d’équipe de France ! Mais ça peut aussi être du rose, principalement Yves Rocher [2]. Sinon, j’aime bien le maquillage MAC, notamment leur poudre matifiante [3]. Mais le reste, c’est très léger, parfois un peu d’eyeliner [4, Bourjois]

Comment rester féminine lorsqu’on est une sportive de haut niveau ?

Après l’entraînement, je m’habille de façon féminine, je ne reste pas en jogging. Il y a des filles qui restent un peu garçon manqué ; moi, j’essaie d’être plus féminine grâce à ma tenue vestimentaire. Je suis assez coquette. Une fois par semaine, je fais un gommage et un masque hydratant de Fair&White [5] et j’utilise aussi les crèmes de jour et de nuit de la marque Weleda [6], qui me sponsorise. À part ça, je ne suis pas vraiment branchée soins du visage parce que je n’ai 
pas de problème de peau.

Arrive-t-il aux athlètes féminines de votre niveau de complexer sur leur musculature ?

Certaines n’osent pas montrer leurs bras mais, moi, j’aime bien mes épaules ! J’en connais quelques- unes qui me disent que je suis trop musclée mais à un moment, quand on veut percer dans le sport de haut niveau, il faut faire des sacrifices. On n’est pas des mannequins, on est des athlètes ! Ma discipline est vraiment très physique et exige beaucoup de muscles si on veut progresser. Même dans ma famille, on me dit que je suis folle parce que je suis la seule sportive, la seule sans seins ni fesses !

Qu’avez-vous pensé des athlètes qui ont concouru voilées aux JO de Pékin ?

Je ne veux pas entrer dans ce débat. Pour moi, chacun est libre de faire ce qu’il veut.
 

Depuis mars dernier, Antoinette Nana Djimou est championne d’Europe Indoor 2011 de pentathlon. 

Son palmarès international : 
Championnats du monde de Daegu (Corée du Sud, 2011), 7e
 Championnats d’Europe en salle de Bercy (France, 2011), 1re
 Championnats du monde en salle de Doha (Qatar, 2010), 5e
 Championnats du monde de Berlin (Allemagne, 2009), 7e
 Championnats d’Europe en salle de Turin (Italie, 2009), 3e
 Jeux Olympiques de Pékin (Chine, 2008), 18e
 Championnats d’Europe espoirs de Debrecen (Hongrie, 2007), 7e
 Championnats du monde juniors de Grosseto (Italie, 2004), 4e

Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Vendredi 2 Septembre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Interdépendance

Mohammed Colin - 08/07/2021
Avec le reflux de l’épidémie, le déconfinement, les départs en vacances, c’est l’après-Covid qui s’annonce ! Un vague sentiment d’après-guerre semble se propager dans l’air. On prophétise l’arrivée de nouvelles années folles. On annonce un rugissement de l’économie. On parle même depuis quelques temps de « Covida », néologisme qui associe Covid et Movida, le nom donné au mouvement culturel espagnol qui a suivi les années d’émancipation de l’après-franquisme. Toutes ces espérances démontrent que le moral est au beau fixe. Elles sont aussi le signe de la résilience face à la crise sanitaire. Et c’est tant mieux, tant que nous n’oublions pas que cette terrible épreuve n’est pas terminée et qu’il nous faut demeurer vigilants comme en témoigne la propagation des variants, mais aussi qu’il nous faut en tirer des leçons. Se recaler avec la nature semble un enseignement indispensable pour le monde d’après. Nous avons bien vu que le virus empruntait les routes de la mondialisation sans avoir besoin de passeport pour passer les frontières. Le renforcement des organisations multilatérales est aussi indispensable. La solidarité envers les pays les moins dotés financièrement est une nécessité absolue, d’autant que leurs systèmes de santé défaillants entraînent des répercussions sur les pays les plus riches. Nous sommes donc interdépendants ! Il faut bien garder cela en tête au moment où les rivalités entre les superpuissances risquent de nous entraîner dans une variante de guerre froide, cette fois entre les États-Unis et la Chine. Le monde d’après a en réalité déjà commencé et le relâchement aussi.