Connectez-vous S'inscrire

Confidences d’Antoinette NANA DJIMOU



Avant de s’envoler pour les Championnats du monde d’athlétisme de Daegu, où elle a représenté la France en heptathlon, Antoinette Nana Djimou nous a confié comment conjuguer sport et beauté.


Rafah pour Activilong
Rafah pour Activilong

Comment êtes-vous devenue égérie de la marque Activilong ?

Cela faisait pas mal d’années que j’utilisais les produits de leur gamme Acti-Repair [1] comme le shampooing, l’après-shampooing, la crème de soin ou le défrisant, alors c’est moi qui les ai sollicités. Je change tout le temps de tête : je n’ai jamais la même plus de deux semaines ! Changer de coupe, c’est changer de style. Je ne change pas la couleur, mais je peux avoir un tissage, les cheveux coupés très courts ou rasés… tout dépend. 

Quels sont vos gestes beauté avant ou après l’entraînement ou une compétition ? 

Je ne fais pas grand-chose quand je vais à l’entraînement, je ne me maquille pas, j’y vais naturelle. En compétition, j’aime me faire un peu belle… mais pas trop non plus ! Je mets toujours du vernis à ongles, parce que c’est très important ! Souvent assorti à ma tenue, c’est-à-dire rouge quand ma brassière est rouge ou même bleu-blanc-rouge quand je suis en tenue d’équipe de France ! Mais ça peut aussi être du rose, principalement Yves Rocher [2]. Sinon, j’aime bien le maquillage MAC, notamment leur poudre matifiante [3]. Mais le reste, c’est très léger, parfois un peu d’eyeliner [4, Bourjois]

Comment rester féminine lorsqu’on est une sportive de haut niveau ?

Après l’entraînement, je m’habille de façon féminine, je ne reste pas en jogging. Il y a des filles qui restent un peu garçon manqué ; moi, j’essaie d’être plus féminine grâce à ma tenue vestimentaire. Je suis assez coquette. Une fois par semaine, je fais un gommage et un masque hydratant de Fair&White [5] et j’utilise aussi les crèmes de jour et de nuit de la marque Weleda [6], qui me sponsorise. À part ça, je ne suis pas vraiment branchée soins du visage parce que je n’ai 
pas de problème de peau.

Arrive-t-il aux athlètes féminines de votre niveau de complexer sur leur musculature ?

Certaines n’osent pas montrer leurs bras mais, moi, j’aime bien mes épaules ! J’en connais quelques- unes qui me disent que je suis trop musclée mais à un moment, quand on veut percer dans le sport de haut niveau, il faut faire des sacrifices. On n’est pas des mannequins, on est des athlètes ! Ma discipline est vraiment très physique et exige beaucoup de muscles si on veut progresser. Même dans ma famille, on me dit que je suis folle parce que je suis la seule sportive, la seule sans seins ni fesses !

Qu’avez-vous pensé des athlètes qui ont concouru voilées aux JO de Pékin ?

Je ne veux pas entrer dans ce débat. Pour moi, chacun est libre de faire ce qu’il veut.
 

Depuis mars dernier, Antoinette Nana Djimou est championne d’Europe Indoor 2011 de pentathlon. 

Son palmarès international : 
Championnats du monde de Daegu (Corée du Sud, 2011), 7e
 Championnats d’Europe en salle de Bercy (France, 2011), 1re
 Championnats du monde en salle de Doha (Qatar, 2010), 5e
 Championnats du monde de Berlin (Allemagne, 2009), 7e
 Championnats d’Europe en salle de Turin (Italie, 2009), 3e
 Jeux Olympiques de Pékin (Chine, 2008), 18e
 Championnats d’Europe espoirs de Debrecen (Hongrie, 2007), 7e
 Championnats du monde juniors de Grosseto (Italie, 2004), 4e

Par Anne-Flore Gaspar-Lolliot le Vendredi 2 Septembre 2011


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

Les défis que nous pose TikTok

Mohammed Colin - 17/03/2023
TikTok, soupçonné d’espionnage, est à présent banni des supports professionnels de la Commission européenne et du Parlement européen.  La France envisage elle aussi ce type de mesures pour ses fonctionnaires.  Le sujet interroge notre souveraineté mais aussi notre place dans le monde, dans la mesure où l’Europe n’a pas su mettre sur orbite des applications aussi puissantes que celles issues de la Silicon Valley ou de Shenzhen. Nous ne sommes plus dans le game ! Nos cerveaux – ingénieurs et designers –, tout comme nos millions d’usagers, sont captifs d’entreprises implantées sur l’axe Pacifique. À côté de cela, il y a d’autres enjeux que l’on peut qualifier de civilisationnels. Derrière ces interfaces que l’on croit insignifiantes se cachent des algorithmes sophistiqués dont l’un des buts est de faire émerger des intelligences artificielles.  Elles seront au cœur des prochaines révolutions industrielles. ChatGPT en est un avant-goût. Ces IA sont entrainées grâce à notre généreuse participation collective que représente notre travail quotidien non rémunéré. Par exemple, quand nous insérons, modifions ou légendons des photos, ce sont autant d’informations captées par ces algorithmes pour affiner leurs apprentissages.  Ces plateformes, conçues pour être addictives en ciblant le circuit neuronal de la récompense, sont un bouffe-temps qui altère la concentration des plus jeunes dans leurs études, quand il ne sert pas de bras armé au service du harcèlement scolaire. A propos de TikTok, le président de la République ne l’a-t-il pas qualifié de « premier perturbateur (psychologique)… chez les enfants et les adolescents » ? Ce mois du Ramadan est peut-être l’occasion de décrocher des usages parasites.