Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences d’Alonzo



Membre du groupe Psy 4 de la rime, Alonzo revient sur le devant de la scène avec Règlement de compte, son troisième album solo. L’occasion pour nous de lui parler coquetterie.


ÊTES-VOUS SPORTIF ?

Confidences d’Alonzo
En toute honnêteté, j’en fais beaucoup habituellement, mais là j’ai baissé les bras. Je travaille beaucoup ces derniers temps et je n’ai pas trouvé le temps de pratiquer une activité sportive, à mon grand regret.

VOS RITUELS QUI VOUS PERMETTENT DE GARDER LA FORME ?

J’évite tout ce qui est malboufe, je bannis la junkfood. Cela me pousse à cuisiner. Je me prépare des petits légumes, des pâtes pas trop grasses, sans abuser sur le fromage râpé. Je mange beaucoup de protéines, avec une préférence pour les viandes blanches et
les poissons.

VOTRE COUPE DE CHEVEUX EST TRÈS TRAVAILLÉE : LA CONSIDÉREZ-VOUS COMME UN ATOUT BEAUTÉ ?

Oui, elle est très importante.Quand on regarde de près, on a l’impression qu’il n’y a rien, alors que le dégradé, le trait et le contour sont faits minutieusement. Je ne peux même pas changer de coiffeur de peur qu’un autre me rate. Mais je ne peux pas dire que c’est mon
atout beauté, car tout le monde à Marseille connaît mon barber shop. Mon trait est spécial, il ressemble à un éclair mais il n’est pas facile à réaliser. C’est moi qui l’ai inventé.

LES PRODUITS QUE VOUS AIMEZ UTILISER PLUS QUE D’AUTRES ?

J’aime beaucoup les parfums, particulièrement ceux de Dior
ou de Tom Ford. Mon classique est Bois d’argent de Dior [1], mais j’aime aussi Gris Montaigne de Dior [2].

ET POUR VOTRE PEAU QU’UTILISEZ-VOUS ?

Je ne suis pas très crème, mais j’ai quand même un tube de Mixa [3]. Comme tous les Blacks, j’ai la peau très sèche, c’est nous qui avons rendu riches Nivea [4], Mixa et toutes ces marques !

QUELS SONT VOS INDISPENSABLES ?

Certainement, ma crème pour les cheveux Wave [5]. On peut la trouver dans les instituts de beauté afro. Elle donne un effet de vagues aux cheveux, d’où son nom. On peut voir ce style de coiffure sur les cheveux des producteurs P. Diddy ou du chanteur Trey Songz.

AVEZ-VOUS UNE FIXETTE BEAUTÉ ?

Même si cela ne se voit pas de prime abord, j’arrive à me coiffer, malgré mes 1 mm de cheveux. J’aime quand ils vont dans le même sens. Alors quand on me touche la tête à rebrousse-poil, je crie ! J’ai une brosse spéciale [6] que je ne quitte jamais et que j’utilise en même temps que la crème Wave. Grâce à cette combinaison, j’obtiens l’effet de vagues qui me plaît.

VOUS ÊTES PAPA DE DEUX PETITS GARÇONS, QUELS CONSEILS AIMERIEZ-VOUS LEUR DONNER EN TERMES DE STYLE ?

Je les emmène souvent chez le coiffeur et j’estime que la tenue
vestimentaire compte aussi. J’aime les gens bien habillés. Je fais très attention à moi, donc je regarde aussi les autres. Je regarde aussi beaucoup les chaussures des gens. Je trouve que cela en dit beaucoup sur eux. Quand ce sont des chaussures ouvertes pour les filles, je vais regarder aussi si elles entretiennent leurs pieds.

QUELLE EST VOTRE DÉFINITION DE LA BEAUTÉ ?

C’est la beauté intérieure, c’est celle qu’on a dans le cœur tout simplement. 

Alonzo entame une tournée nationale dès le mois d’avril. Dates de concert sur www.facebook.com/Alonzoff ciel

Par Fatima Khaldi le Mercredi 1 Avril 2015


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.