Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Confidences d’Alonzo



Membre du groupe Psy 4 de la rime, Alonzo revient sur le devant de la scène avec Règlement de compte, son troisième album solo. L’occasion pour nous de lui parler coquetterie.


ÊTES-VOUS SPORTIF ?

Confidences d’Alonzo
En toute honnêteté, j’en fais beaucoup habituellement, mais là j’ai baissé les bras. Je travaille beaucoup ces derniers temps et je n’ai pas trouvé le temps de pratiquer une activité sportive, à mon grand regret.

VOS RITUELS QUI VOUS PERMETTENT DE GARDER LA FORME ?

J’évite tout ce qui est malboufe, je bannis la junkfood. Cela me pousse à cuisiner. Je me prépare des petits légumes, des pâtes pas trop grasses, sans abuser sur le fromage râpé. Je mange beaucoup de protéines, avec une préférence pour les viandes blanches et
les poissons.

VOTRE COUPE DE CHEVEUX EST TRÈS TRAVAILLÉE : LA CONSIDÉREZ-VOUS COMME UN ATOUT BEAUTÉ ?

Oui, elle est très importante.Quand on regarde de près, on a l’impression qu’il n’y a rien, alors que le dégradé, le trait et le contour sont faits minutieusement. Je ne peux même pas changer de coiffeur de peur qu’un autre me rate. Mais je ne peux pas dire que c’est mon
atout beauté, car tout le monde à Marseille connaît mon barber shop. Mon trait est spécial, il ressemble à un éclair mais il n’est pas facile à réaliser. C’est moi qui l’ai inventé.

LES PRODUITS QUE VOUS AIMEZ UTILISER PLUS QUE D’AUTRES ?

J’aime beaucoup les parfums, particulièrement ceux de Dior
ou de Tom Ford. Mon classique est Bois d’argent de Dior [1], mais j’aime aussi Gris Montaigne de Dior [2].

ET POUR VOTRE PEAU QU’UTILISEZ-VOUS ?

Je ne suis pas très crème, mais j’ai quand même un tube de Mixa [3]. Comme tous les Blacks, j’ai la peau très sèche, c’est nous qui avons rendu riches Nivea [4], Mixa et toutes ces marques !

QUELS SONT VOS INDISPENSABLES ?

Certainement, ma crème pour les cheveux Wave [5]. On peut la trouver dans les instituts de beauté afro. Elle donne un effet de vagues aux cheveux, d’où son nom. On peut voir ce style de coiffure sur les cheveux des producteurs P. Diddy ou du chanteur Trey Songz.

AVEZ-VOUS UNE FIXETTE BEAUTÉ ?

Même si cela ne se voit pas de prime abord, j’arrive à me coiffer, malgré mes 1 mm de cheveux. J’aime quand ils vont dans le même sens. Alors quand on me touche la tête à rebrousse-poil, je crie ! J’ai une brosse spéciale [6] que je ne quitte jamais et que j’utilise en même temps que la crème Wave. Grâce à cette combinaison, j’obtiens l’effet de vagues qui me plaît.

VOUS ÊTES PAPA DE DEUX PETITS GARÇONS, QUELS CONSEILS AIMERIEZ-VOUS LEUR DONNER EN TERMES DE STYLE ?

Je les emmène souvent chez le coiffeur et j’estime que la tenue
vestimentaire compte aussi. J’aime les gens bien habillés. Je fais très attention à moi, donc je regarde aussi les autres. Je regarde aussi beaucoup les chaussures des gens. Je trouve que cela en dit beaucoup sur eux. Quand ce sont des chaussures ouvertes pour les filles, je vais regarder aussi si elles entretiennent leurs pieds.

QUELLE EST VOTRE DÉFINITION DE LA BEAUTÉ ?

C’est la beauté intérieure, c’est celle qu’on a dans le cœur tout simplement. 

Alonzo entame une tournée nationale dès le mois d’avril. Dates de concert sur www.facebook.com/Alonzoff ciel

Par Fatima Khaldi le Mercredi 1 Avril 2015


Dans la même rubrique :
< >

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous




Edito

Stop à la confusion

Mohammed Colin - 28/10/2019
Trente années de débats sur la laïcité qui semblent jamais n’en finir. Tel le serpent de mer, le voile alimente très régulièrement les débats dans les colonnes de nos journaux, sur nos écrans de télévision et nos dîners en ville. Pourtant, l’architecture de la laïcité repose sur deux principes simples rappelés très justement par le Premier ministre Edouard Philippe : « la liberté de croire ou de ne pas croire » et « la neutralité absolue des pouvoirs publics s’agissant de faits religieux ». Le reste ne serait que nuances d’interprétation et elles ont parfois tendance à faire dire tout et son contraire aux fameux principes cités plus haut. Ceux et celles qui, aujourd’hui, font valoir de nouvelles lois d’interdiction des signes religieux établissent délibérément des confusions sur le principe de séparation des Eglises et de l’Etat inscrit dans notre Constitution. Raison pour laquelle il est nécessaire de marteler que la laïcité est avant tout un principe de liberté, du culte et de la conscience pour chaque citoyen. Confondre l’Etat et ses fonctionnaires avec la société et les usagers des services publics, ce n’est plus possible. Ces confusions instrumentalisées à des fins politiques désignent le mouton noir : une femme (encore une femme) qui, en portant un voile, refuserait les règles du jeu commun. Faux si nous nous contentons de la simple lecture des deux principes. L’Etat autorise une maman voilée à accompagner ses enfants lors d’une sortie de classe, comme le stipule un arrêt du Conseil d’Etat en 2013. Le plus grave, c’est que ces confusions, qui entrainent de sempiternelles polémiques, produisent de la toxicité au sein de notre tissu social en dressant les gens les uns contre les autres et, au final, renforcent les éléments les plus archaïques au sein de notre société, c’est-à-dire les agents du communautarisme de tout bord, qu’ils soient d’extrême droite ou issus du rang des musulmans identitaires. Totalement contre-productif.