Connectez-vous S'inscrire
Salamnews

Avec le sou




Avec le sou
L’été 2016 fut terrible. Le sang de nos concitoyens a coulé sur l’autel du fanatisme religieux. Personne ne fut épargné à Nice, femmes, enfants, hommes de tous horizons, jusqu’au prêtre lâchement exécuté à Saint-Étienne-du-Rouvray. Notre fête nationale fut endeuillée. Outre les vies volées, les corps meurtris, l’ennemi a souhaité atteindre les symboles de notre vivre-ensemble. Et par-dessus tout à nous diviser.

La polémique du burkini qui a mis mal à l’aise les Français de culture musulmane, y compris ceux qui l’abhorrent, a dû réjouir au plus haut point les stratèges de Daesh. Rien de mieux que de scinder la société française et de générer de la frustration et de la colère pour enrôler des esprits faibles. Nous devons faire preuve d’intelligence et de discernement pour lutter contre le terrorisme d’un genre nouveau et ne pas, au contraire, l’alimenter indirectement.

La réactivation de la Fondation des œuvres de l’islam de France est en ce sens une bonne nouvelle. Annoncée en grande pompe en 2005 par Dominique de Villepin alors Premier ministre, elle n’a jamais pu fonctionner pour finir par tomber aux oubliettes. Il aura fallu ce contexte d’urgence pour prendre conscience du danger que représente un islam uniquement dépendant du financement étranger. Et encore pire : un islam de France sans le sou.

Alors faisons fi de la polémique à propos de la nomination de Jean-Pierre Chevènement à la présidence de cette fondation. Il n’est pas illégitime, à moins de vouloir à tout prix un musulman. Tirons-en une opportunité ! Cette personnalité apparait, en réalité, comme étant un véritable atout de confiance auprès des bailleurs de fond face à une opinion publique toujours plus suspicieuse à l’égard du fait musulman.

Mohammed Colin le Mardi 13 Septembre 2016


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 16:06 L’arroseur arrosé !

Jeudi 24 Mars 2022 - 16:04 Une drôle de campagne

Edito | Tête d'affiche | Une Ville, une mosquée | Beauté | Business | Sport | De vous à nous





Edito

L’arroseur arrosé !

Mohammed Colin - 28/06/2022
Dans ce numéro estival, nous abordons deux sujets d’importance qui n’ont strictement rien à voir l’un et l’autre : l’audiovisuel et le pèlerinage à La Mecque. Deux secteurs si éloignés, si différents, mais confrontés à la même problématique, celle de la transformation numérique de nos sociétés. Par le passé, la filière du pèlerinage était structurée par des intermédiaires. Dans l’organisation du hajj, les voyagistes captaient jusque-là la valeur, non sans défaillances pour certains sur la qualité et les engagements dus aux pèlerins. Saphirnews.com fut dès 2004 le premier site d’information à alerter sur ces dysfonctionnements. Des organisations se sont alors créées, œuvrant à éduquer les pèlerins sur leurs droits et les voyagistes sur leurs devoirs. Depuis peu, l’Arabie Saoudite a lancé sa plateforme numérique pour se lier directement aux pèlerins, suscitant de terribles inquiétudes chez les voyagistes, exclus de fait de la chaine de valeur. Ils n’ont pas manqué de se plaindre au nom des intérêts du pèlerin. Le plus comique, c’est que les griefs formulés sont les mêmes que ceux exprimés par les pèlerins à leur encontre en 2004. Dans le milieu du cinéma, le schéma est identique. Les plateformes de streaming, devenus aussi producteurs, ont accès directement au public et sont en mesure de se passer des exploitants de cinéma. Maintenant en position de faiblesse, ces derniers larmoient à leur tour sur le danger de la suprématie des « affreuses » plateformes avec, pour risque principal selon eux, de porter atteinte à la diversité du cinéma alors qu’eux-mêmes bloquaient la production de certains films pour éviter les publics ne consommant ni sodas ni pop-corn, dixit « les têtes à capuche ». Les séries type Lupin de Netflix et Oussekine de Disney+ nous démontrent l’inverse. Ceux qui ont largement profité des situations de rente auraient pu investir en créant des écosystèmes vertueux. Finalement, dans le business comme dans la foi, il y a divers degrés d’élévation. Il faut croire que celui qui domine chez les intermédiaires, c’est celui de la « foi du commerçant ». L’étage le plus bas.